[Chronique lecture n°15] Ready player one de Ernest Cline

Ce livre dans le Défi lecture 2018 dans la catégorie 84 – Un livre adapté en film

 

playerone.jpgTitre : Ready Player One (ou Player One)
Auteur : Ernest Cline
Editeur : Pocket
Nombre de pages : 624
Genre : Science Fiction

 

Résumé : 2044. La Terre est à l’agonie.
Comme la majeure partie de l’humanité, Wade, 17 ans, passe son temps dans l’OASIS – un univers virtuel où chacun peut vivre et être ce qui lui chante. Mais lorsque le fondateur de l’OASIS meurt sans héritier, une formidable chasse au trésor est lancée : celui qui découvrira les trois clefs cachées dans l’OASIS par son créateur remportera 250 milliards de dollars !
Multinationales et geeks s’affrontent alors dans une quête épique, dont l’avenir du monde est l’enjeu. Que le meilleur gagne…

Mon avis : L’idée est une bonne idée, mais malheureusement très mal exploitée ! Ça tourne un peu en rond et l’histoire avec IOI est un peu tiré par les cheveux. En clair c’est les mégas méchants stéréotypes, qui veulent le beurre et l’argent du beurre. Les personnages m’ont tous semblé fades (même Aesh), ils sont autant stéréotypés que les méchants, y a le gentil, le rigolo et la meuf badass. Voilà. Et encore si ils avaient une once de charisme, peut être que je serais passer au dessus, mais même pas. L’histoire est assez bancale et jusqu’au 3/4 du livre tourne en rond… Le seul petit point positif c’est l’esprit culturel des années 80 qui est présent tout au long du film et même ça, ne m’a pas tiré de l’ennui profond de ma lecture…

Ma note : 2/5

Je le conseille : Si vous êtes un geek des années 80.

 

Je vais surement malgré tout aller voir le film, la bande annonce m’a donné envie, je vous ferais un petit article sur le blog.

Publicités

[Chronique lecture n°14] Je voulais juste vivre de Yeonmi Park


 

Tout d’abord, désolée pour l’abscence, je suis en pleine transition de déménagement et j’habite en ce moment chez mes parents où le Wifi n’est pas génial…

 


 

Ce livre rentre dans le Défi liste de lecture 2018 dans la catégorie : 80 un livre basé sur des faits réels.

 

 

jevoulaisjustevivre

Titre : Je voulais juste vivre
Auteur : Yeonmi Park
Editeur : Le Livre de Poche
Nombres de pages : 384
Genre : Autobiographie

 

Résumé : Yeonmi a 13 ans, sa courte vie est déjà marquée par le désespoir. Elle n’a qu’une solution : fuir son pays, la Corée du Nord. Elle ne se doute pas que le chemin vers la liberté va l’entraîner en enfer…

Après des années de privations et de harcèlement, par une nuit glaciale, Yeonmi, 13 ans, et sa mère, réussissent à traverser le fleuve Yalu qui marque la frontière entre la Corée du Nord et la Chine. Elles laissent derrière elles leur pays natal et ses horreurs : la faim, la délation constante et surtout une répression impitoyable et le risque permanent d’être exécutées pour la moindre infraction. Mais leur joie n’est que de courte durée. Rien ne les a préparées à ce qui les attend entre les mains des passeurs. Après plusieurs années d’épreuves inhumaines et un périple à travers la Chine et la Mongolie, Yeonmi atteint finalement la Corée du Sud.

À 22 ans, Yeonmi est désormais une combattante : c’est l’une des plus influentes dissidentes nord-coréennes et une activiste reconnue des droits de l’homme.

Mon avis : On a tous râlé sur notre pays en pensant que l’herbe est plus verte ailleurs, en lisant « Je voulais juste vivre » je me suis dit « on a beau se plaindre, on est pas trop mal loti… » A travers l’histoire bouleversante de Yeonmi, on découvre l’horreur et la précarité où vivent les nords Coréens… La Corée du Nord est entouré de pays plutôt développés et pourtant ses habitants vivent dans la pauvreté, la famine et la maladie. Il y a des castes et impossible d’en monter mais tellement facile d’en redescendre aussi sec. Yeonmi a vécu dans un milieu assez « riche » et a vite connu la pauvreté et la faim. J’ai été admirative face à la force de Yeonmi et sa famille, son envie de vivre malgré tout et surtout le courage qu’elle est sa mère on eu pour fuir le pays. Ce livre est un très beau message d’espoir.

Ma note : 4.5/5

Je le conseille : A tout le monde

[Chronique lecture n°13] L’academie des âmes abimées de Thierry Cohen

Ce livre rentre dans le Défi lecture 2018 dans la catégorie 88 – Lire un livre venant d’une maison d’édition que vous n’avez jamais lu.

 

academie

Titre : L’académie des âmes abîmées
Auteur : Thierry Cohen
Editeur : Roman Plon
Nombres de pages : 416
Genre : Contemporaine

 

Résumé : À l’Académie des Âmes Abîmées, réparer les vivants est un enseignement, une vocation. Mieux : une mission.
Quand Lana et Dylan, deux adolescents en perdition, y sont recueillis, ils sont loin d’imaginer ce qui les attend. Blessés par la vie, perdus dans un monde de haine et de violence, ils vont tenter de se reconstruire. Mais peut-on retrouver confiance un jour après avoir survécu à de tels drames ? Et quel rôle leurs parrains, Dimitri et Romane, joueront-ils dans la reprise en main de leur destin ?
Entre renaissance, découverte des sentiments, échanges avec des professeurs hors normes et mise en pratique des cours, cette institution secrète dessine un nouvel avenir… Et si elle pouvait changer le monde ?

Mon avis : On pourrait s’attendre à un livre dur et sombre et il n’en n’est rien ! Même si la trame de fond est les histoires des divers adolescents, il est plaisant de voir qu’on se focalise pas seulement là dessus, mais surtout sur leur reconstruction. Avec l’Académie on croit à l’espoir, à la solidarité et surtout à l’humanité. On ‘attache à chaque pensionnaire, on découvre leurs enseignants et cours (ça m’a drôlement fait penser à Harry Potter qui découvre Poudlard !). Même si le passé n’est pas tabou, on n’en parle pas, on vit dans le présent et surtout dans l’avenir.
On est très vite happé par l’histoire et il a été dur pour moi de le laché (je l’ai lu en environs en 24h), je suis curieuse de lire d’autres livres de cet auteur.

Ma note : 4.5/5

Je le conseille : Aux lycéens et aux jeunes.

[Chronique lecture n°12] La tresse de Laetitia Colombani

Ce livre rentre dans le Défi liste lecture 2018 dans la catégorie 24 – Un livre dans lequel un personnage est avocat (ou référence à un avocat)

 

latresse

Titre : La tresse
Auteur : Laetitia Colombani
Editeur : Roman-Grasset
Nombres de pages : 222
Genre : Contemporaine

 

Résumé : Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.
Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

Mon avis : La tresse est un petit roman très beau, qui donne de l’espoir et l’envie de se battre dans nos projets ! On est touché par chacune des femmes, la dure vie de Smita, la perte de Guilia et le revirement de situation dans la vie bien rangé de Sarah. Elles vivent dans trois pays differents et pourtant elles sont liées, leurs cheveux forment une jolie tresse.
Je pleure rarement devant un livre, mais l’histoire de Sarah m’a le plus touchée, le cancer est une maladie que je connais bien pour avoir perdu 3 de mes proches, dont une amie qui a été emportée par un cancer du sein en décembre dernier. On a très peur pour Sarah, qui vit une situation où elle ne peut rien contrôler…
Le seul bémol est la fin, j’aurais bien aimer un petit chapitre de plus pour clôturer la vie de ses trois fabuleuses femmes !

Ma note : 4/5

Je le conseille : Si vous voulez un livre qui se lit rapidement avec un bon message et qui donne beaucoup de motivation pour votre vie.

[Chronique lecture n°11] Reine de cendres d’Erika Johanson

Ce livre rentre dans le Defi de lecture 2018 dans la catégorie 54 – Un livre dont le héro principal est une femme.

 

challengedesdouzesthemes

On se retrouve aujourd’hui pour ma lecture du challenge des Douze Thèmes, ce mois je devais lire un livre dont l’héroïne est une femme et dont l’auteur est une femme aussi.

 

reinedecendres.jpg

Titre : La reine de Cendres
(Existe aussi sous le nom de la reine de Tearling aux éditions JC Lattès)
Auteur : Erika Johansen
Editeur : Le Livre de Poche
Nombres de pages : 599
Genres : Fantasy

 

Résumé : Après la mort de sa mère la Reine Elyssa, Kelsea Raleigh a grandi en exil, loin des intrigues du Donjon royal où son oncle diabolique a pris le pouvoir. Le jour de ses dix-neuf ans, une garde dévouée l’escorte de son repaire à la capitale, où elle devra reconquérir la place qui lui revient de droit et devenir Reine du Tearling.
Kelsea ne s’est jamais sentie aussi peu capable de gouverner. Pourtant, les atrocités qu’elle découvre vont la pousser à commettre un acte d’une incroyable audace, qui jette tout le pays dans la tourmente et déchaîne la vengeance de la Reine rouge.
La quête de Kelsea pour sauver son royaume et aller vers son destin ne fait que commencer. Long périple semé d’embûches, empli de bruit et de fureur, de trahisons et de combats farouches. Une épreuve du feu, qui forgera sa légende… ou la détruira.
Erika Johansen nous entraîne dans une épopée flamboyante où une jeune princesse insoumise devra lutter pour monter sur le trône.

Mon avis : Reine de Cendres est un très bon livre de fantasy ! L’histoire et le passé sont merveilleusement bien construites ! On découvre enfaite que l’histoire se passe dans le futur de notre monde actuelle, dans ce tome 1 on ne l’en sait très peu de comment notre monde a pu arrivé au mode médiéval. Mais il drôle de voir des références à Harry Potter, ou aux livres élétroniques au milieu de gardes en armures et d’épées. Kelsea est très surprenante, au début on la trouve un peu faible, il faut dire que du jour au lendemain elle devient reine. Elle a vécue toute sa vie au fin fond d’une forêt avec sa tutrice et son compagnon. Mais son caractère s’endurcie, elle découvre le passé de son peuple, de son royaume et de sa mère, elle donne un bon coup de pied dans les lois et le contrôle que le Régent (qui est son oncle) exerce avec un je-m’en-foutisme incroyable ! L’histoire fait preuve d’un peu de magie avec la Reine Rouge qui gouverne Mortmesne (pays voisin du Tear) et qui est crainte, mais également les mystérieux rubis confiés à Kelsea. L’écriture est fluide, les descriptions sont intéressantes sans être assommantes, les personnages ont encore pour la plupart une part de mystère qui je l’espère sera divulgué dans le prochain tome… Il y a beaucoup à dire sur ce livre, mais j’aurais vraiment peur de vous spoiler.

Ma note : 5/5 (COUP DE COEUR !)

Je le conseille : Si vous aimez les histoires où notre monde actuel à complètement changer, la magie et les héroînes badass.

[Chronique lecture n °10] Cress de Marissa Meyer

cress.jpg

Titre : Cress
Auteur : Marissa Meyer
Editeur : Edition Pocket (jeunesse)
Nombres de pages : 658
Genre : Science Fiction

 

Résumé : Cinder et le capitaine Thorne se sont enfuis aux côtés de Scarlet et de Loup. Le groupe rebelle projette de renverser la reine Levana et son armée. Mais, le seul espoir de la résistance réside dans Cress, qui, emprisonnée dans un satellite depuis l’enfance avec ses écrans pour seule compagnie, est devenue un hacker imbattable. Malheureusement, la reine Levana a d’autres projets pour elle, et libérer la jeune fille pourrait bien leur coûter cher…

Mon avis : Je le trouve un cran en dessous des autres tomes, on tourne un peu en rond, on ressasse se qu’on a découvert dans le tome précédent. Mais, il y a tout de même pas mal d’action et une nouvelle venue : Cress. Geek, timide et fleur bleue, totalement accro à Thorne ! Elle équilibre le côté badass de Cinder et Scarlet. La rebellion contre Levana se met enfin en place, les personnages evoluent pas mal également, ainsi que les relations. La fin de ce tome, promet un tome 4 très prometteur et un final d’une grande ampleur !

Ma note : 3.5/5

 

 

[Chronique lecture n°9] Illuminae (tome 2) de Amie de Kauffman et Jay Kristoff.

Ce livre rentre dans le Défi de Lecture 2018 dans la catégorie 52 – Un livre avec un triangle amoureux.

 

illuminaet2Titre : Illuminae – Dossier Gemina 02
Auteurs : Amie Kaufman & Jay Kristoff
Editeur : Castorama
Nombres de pages : 670
Genre : Science-Fiction

 

Résumé : Sur la station spatiale Heimdall, tout le monde se prépare à la grande fête de Terra. Certains plus intensément que d’autres : la fille du commandant, Hannah Donnelly, experte en mode et en arts martiaux, aimerait bien faire la fête jusqu’au bout de la nuit. C’est à ce moment précis que BeiTech lance son attaque, envahissant la station avec une violence inouïe. Ceux qui résistent sont éliminés. Les autres, capturés. Quant aux fuyards, ils sont traqués sans relâche. Parmi les rescapés : Hannah et Nik, un véritable bad boy issu d’une grande famille mafieuse. Les deux ados que tout sépare s’allient pour sauver leur peau. Pendant que s’amoncellent les cadavres, dont certains d’êtres très proches…

Mon avis : Dans ce tome on suit Hannah Donnelly, fille à papa, pourrie gâtée, mais qui a un caractère bien plus supportable que Kady. Il y aussi Nik et Ella, membres d’une mafia mais qui ont pourtant bons coeurs. Le style d’écriture est le même que le premier tome, analyse vidéos, conversations, mails… C’est comme si on y était ! On suit la violence, la mort, les stratégies, les relations qui se nouent et qui se dénouent. Je l’ai trouvé un peu plus stressant et palpitant que le premier tome et un peu plus violent aussi. On est souvent sous tension, déstabilisé, les proies deviennent des prédateurs par moment. Il y a pas mal de termes techniques sur l’espace qui sont fascinants… Quand on referme ce livre des tonnes d’informations, de sensations et de sentiments se bousculent dans notre tête. Vivement la suite, qui marquera également le point final à cette histoire.

Ma note : 4.5/5

Je le conseille : A ceux qui aiment la science-fiction, quand il y a de la tension et l’espace.